La corruption de la survie

Il a vingt-huit ans. Il travaille à la piscine d’un hôtel car son beau père lui a acheté un emploi dans le tourisme. Sa maitrise de l’anglais est proche de zéro, mais grâce aux 2000 pesos convertibles payés à l’administrateur, on n’a pas jugé nécessaire de lui faire passer l’examen de langues. Plus de la moitié des bouteilles de rhum et de Coca-Cola qu’il vend au snack bar ont été achetées par lui-même dans un magasin pour cubains. Ses collègues lui ont appris à donner la priorité à ces « marchandises », au détriment de celles que l’Etat réserve au tourisme. Grâce à cette astuce, il empoche pour chaque journée de travail ce que gagne un neurochirurgien en un mois.

Son train de vie étant basé sur ses revenus illégaux, il essaie donc de ne pas détonner côté « inconditionnalité idéologique ». Il est toujours parmi les premiers arrivés quand il y a une convocation à une manifestation ou au défilé du premier mai. Parmi sa garde-robe, il y a un T-shirt faisant allusion aux cinq héros*, un autre avec le visage de Che Guevara, et un autre d’un rouge intense sur lequel on peut lire « Batalla de ideas ». Si son supérieur décide de le surveiller d’un peu trop près, il enfile l’un de ces T-shirts et la tension descend. 

Malgré sa jeunesse, il a déjà compris que l’on peut franchir la ligne de la légalité autant de fois que l’on veut, à condition de  continuer d’applaudir. Quelques slogans criés lors d’une manifestation publique, ou encore cette occasion où il a fait face à un « groupuscule contra-révolutionnaire », l’ont bien aidé à garder un emploi aussi lucratif. Ses mains qui aujourd’hui volent, trompent les clients et détournent les marchandises de l’Etat, ont signé – il y a presque six ans – un amendement à la constitution déclarant « l’irréversibilité » du système actuel*. Pour lui, tant qu’on le laisse continuer à se remplir les poches, le socialisme peut très bien être eternel. 

* Les cinq héros : ils sont des agents aux ordres du gouvernement cubain opérant aux Etats-Unis. Ils ont été arrêtés après avoir tenté d’infiltrer des bases militaires et des groupes d’exilés cubains dans le sud de la Floride. Condamnés par le tribunal de Miami, ils purgent des peines allant de 15 ans à la perpétuité. Considérés comme des héros par le régime cubain (et comme des espions par le gouvernement des Etats-Unis), ils sont l’objet d’une campagne médiatique, dans le cadre de la « Bataille des idées ». (Note de traduction).

* L’irréversibilité du socialisme : en 2002, le Parlement cubain a approuvé, à l’unanimité, une révision de la Constitution déclarant « irrévocable » le régime socialiste instauré par Fidel Castro. Une campagne de signatures, récoltées dans plus de 120.000 lieux de l’île par les Comités de Défense de la Révolution (CDR), a été lancée. Cette campagne proposait aux Cubains d’approuver – publiquement et accompagnés de leur carte d’identité – la décision des autorités en signant sur les registres de noms fournis par l’administration. (Note de la traduction). 

Traduit par Susana Gordillo et Pierre Haberer.

About these ads

Une réflexion sur “La corruption de la survie

  1. hola,

    Me llama Jerome y fui a Cuba la semana pasada 4 dias. Vivo en Mexico y es la primera vez que iba a Cuba.
    Me gusto realmente mucho la Habana, es una ciudad increible.
    Tuvimos con mi novia la suerte de conocer un frances (yo tambien soy Frances) que tiene una novia Cubana.
    Discuvrimos la ciudad con locales, y eso era un placer.
    Hay algunas cosas que me han chocado;no hay nada que comer, y los precios por los turistas.
    Ademas, conocimos a otros cubanos via la novia del frances, y ellos nos explicaron que un doctor gana menos que un mesero en un hotel, y que todo el mundo en los hoteles tratan de robar lo maximo que puedan.
    eso yo lo entiendo por la situacion financial de los cubanos, pero para nosotros estuvo dificil de ver una mesera realmente decirnos tonterias para que paguemos en efectivo, si nota, sin nada.
    si hay algunas cosas que me gustan en las reglas de cuba, como la educacion y la salud gratis, no puedo entender que un valet parking o un mesero gañan mas que un dodctor.
    Lo ultimo que me gustaria agregar es que vimos a la chica que hace este blog en el lobby del hotel, y pues, que ella sigue defendiendo sus opiniones!
    Jerome

Les commentaires sont fermés.