De Gorki à Gustav

 

J’ai beaucoup de choses à raconter sur les événements de ces deux dernières journées. Je sais que vous attendez les détails de ce qui s’est passé pendant le concert du jeudi, la banderole, les coups, les arrestations, l’incroyable dispositif de police, l’attente active devant le Tribunal Municipal de Playa qui s’est terminée avec la libération de Gorki. Rien qu’avec le procès – auquel j’étais présente afin de confirmer l’inconsistance de la totalité des chefs d’accusations faits au rockeur – j’aurais assez de matériel pour publier plusieurs posts. Malheureusement, la situation météorologique à La Havane, à cause de Gustav, ne me permet pas de sortir de chez moi pour me connecter à Internet depuis un endroit public. Sur mon balcon – à quatorze étages du sol – on a déjà des vents forts et il faut commencer à fermer les fenêtres et ranger les plantes. Aujourd’hui, je dois faire face à un autre cyclone.

Ce que je ne veux pas laisser pour plus tard, c’est dire que jamais avant ces deux jours je n’ai été témoin d’une telle convergence et union de l’opinion publique internationale, des médias et d’une partie de la société civile cubaine. Hier, nous avons montré que le mur peut être repoussé si nous le faisons tous ensemble. Nous les avons obligés à se retirer, à défaire l’injustice. C’est un précédent très bon pour nous et extrêmement dangereux pour « eux » – Internet a prouvé qu’il peut agir dans le cas cubain comme un terrain virtuel où se conjuguent les efforts. J’espère que grâce aux quelques centimètres de mouvement imprimé à ce mur succèderont des mètres et des mètres de libertés régagnées.

* Ce post a été dicté par téléphone à des amis qui le publieront. Avec la collaboration de quelques uns d’entre eux, j’ai pu diffuser des nouvelles depuis l’extérieur du tribunal. Je tiens à remercier spécialement Ernesto Hernández Busto grâce à qui beaucoup de ces informations ont pu sortir dans les pages de penúltimos días.

Traduit par Susana Gordillo et Pierre Haberer.

About these ads

3 réflexions au sujet de « De Gorki à Gustav »

  1. Quelqu’un a son album ? C’est pour distribuer à Cuba lors d’un prochain voyage…

  2. Tu peux acheter leurs albums sur le site du groupe (http://www.pornopararicardo.com), j’en ai commandé 3, ça revient 35$ soit 25E, frais de port inclus pour 3 CD…moins cher que le dernier Lorie.

    Après, c’est quand même du punk, pas forcément le style le plus facile à écouter pour des oreilles plus habituées à la salsa…
    Bon voyage !

Les commentaires sont fermés.