Défilé et épidémie


Les deux nouvelles sont tombées l’une à la suite de l’autre, et face à leur contradiction l’annonceur lui-même a dû faire un effort pour cacher son trouble. Dans la première il était question du rassemblement populaire du 1er mai prochain, alors que la seconde décrétait la phase d’alerte face à la menace d’une possible épidémie de grippe porcine. A partir de mardi après-midi une série de mesures de prévention ont été opportunément activées dans tout le pays. Cependant l’intention de réunir presque un million de personnes dans le défilé de vendredi prochain demeure.
Mon expérience des rhumes et douleurs grippales me dit que l’attroupement de personnes est le scénario le plus favorable à leur dissémination. Les mesures annoncées devraient inclure, comme prévention minimale, le report ou l’annulation des festivités du 1er mai. Je ne veux pas générer de panique inutile. Je ne connais personne qui soit atteint et il y a eu une déclaration officielle selon laquelle aucun cas de cette maladie n’aurait été enregistré, mais je me souviens que l’on nous avait tenu longtemps les mêmes propos avant de reconnaître que le SIDA était arrivé à Cuba, sans parler du chiffre gardé secret des personnes atteintes de la dengue chaque année.
En toute humilité je demande au gouvernement cubain qu’il revoie son idée de réunir des milliers de personnes dans cette période. Montrez s’il vous plait moins de sens du spectacle et plus de protection des citoyens.
Traduit par Jean-Claude MAROUBY

About these ads