"Sit-in" blogueur

watch?v=hlQSXUgFkkE&eurl=http%3A%2F%2Fwww.desdecuba.com%2Fgeneraciony%2F%3Fpaged%3D2&feature=player_embedded
J’en viens à croire que l’influence d’Internet sur notre réalité est plus importante que ce que je pensais moi-même. Après plusieurs jours sans pouvoir nous connecter au réseau dans les hôtels, comme le Melià Cohiba, le Panorama et l’emblématique Hôtel National, l’interdiction paraît avoir été levée. J’ai parlé aujourd’hui aux mêmes employées qui m’avaient montré il y a quinze jours la résolution qui excluait les Cubains de l’utilisation de ces services dans les établissements touristiques. Elles m’ont dit que je pouvais à nouveau acheter la fameuse carte qui ouvre la porte du monde virtuel.
J’ai peut-être l’air un peu prétentieux mais je crois que si nous n’avions pas déclenché le tapage de ces derniers jours, dénonçant un tel apartheid, on nous aurait privés de cette possibilité de connexion. Oui ils cèdent quand on leur met la pression, oui ils revoient les textes quand les citoyens haussent le ton et que les media internationaux s’en font l’écho. Nous l’avions déjà compris lors de l’affaire Gorki et ce changement nous confirme que nous taire servirait seulement à nous laisser arracher de nouveaux espaces. Tirons profit du fait qu’ils disent maintenant que « les cubains peuvent se connecter » et prenons-le comme un engagement public. Obligeons les à le respecter et sinon nous avons Twitter, Facebook et les SMS pour protester s’ils recommencent à nous exclure.
*Lundi dernier nous sommes une douzaine de blogueurs à avoir enquêté dans plus de quarante hôtels de la ville. A l’exception de l’Occidental Miramar, tous nous ont déclaré ne pas connaître le règlement qui interdisait l’accès des Cubains à Internet.
Traduit par Jean-Claude MAROUBY

About these ads