Notre problème quotidien

Je sors couverte de plusieurs pull-overs et d’une vieille écharpe enroulée autour du cou. Le parcours est bref, mais la température est telle que chaque pas est une véritable épreuve. Les gens marchent à côté de moi dans le même « déguisement », et je peux même voir quelqu’un qui doit s’être couvert les épaules avec la couverture de son lit. Bien que sur le trajet de chez moi à la boulangerie personne ne porte un vrai manteau, je peux vérifier que l’inventivité populaire ne s’arrête pas avec la chute des thermomètres. Ils ont dépoussiéré les vieux imperméables de l’époque soviétique aux énormes boutons et aux couleurs maintenant délavées. Les autres, ceux qui n’ont même pas de quoi se couvrir ainsi, sont restés chez eux.
Je me dirige vers un point où l’on vend du pain en dehors du marché rationné, et où une baguette coûte l’équivalent du salaire de toute une journée de travail. Curieusement, beaucoup de ceux que j’ai vus sur le chemin, dans leurs étranges vêtements improvisés, vont dans la même direction que moi. A mesure que nous approchons je me rends compte que tous vont chercher le rare aliment qui nous maintient en vie depuis plusieurs semaines. A quelques mètres du point de vente, un de ceux qui nous a devancés nous crie « il n’y en a pas ! », un véritable seau d’eau glacée déversé sur nos têtes. Je tourne en rond et reviens chez moi. Demain sera un autre jour sans petit déjeuner.
L’arrivée de ces vents du nord a non seulement coïncidé avec la disparition du pain, mais aussi avec celle du lait. Comme si l’hiver avait frappé les fours et congelé le pis des vaches. Bien que l’on ait annoncé à la télé un dépassement des objectifs de production du précieux lait, le verre de café solitaire ou l’infusion insipide prouvent chaque matin le contraire. Par ces temps il faut se lever d’un coup, sans regarder la table, dire aux enfants de ne pas réclamer et laisser de côté le travail, le blog les amis, la vie, pour se consacrer totalement à la recherche d’un morceau de pain et d’un verre de lait. Il faut se traîner dans la poussière des carences alimentaires et des files d’attente, car pour sortir de ce cycle rampant et se mettre à voler, on a besoin –plus que des ailes – du combustible des aliments.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

About these ads

34 réflexions au sujet de « Notre problème quotidien »

  1. Buenas tardes

    Yo soy un canadiense francese. La température extérieur est présentement à peu près -10, -15 degrées. Oui, nous avons une panoplies de manteaux pour ce genre de temps.

    Pourquoi resté à Cuba? Je comprend votre amour de votre pays, comme j’aime mon propre pays. Mais on est si bien, si libre au Québec. Ça fait depuis le mois de septembre que je lis jour après jour votre blog, religieusement, et avec beaucoup d’admiration. Mais pourquoi resté dans cet endroit? C’est du masochisme! Je crois que vous seriez plus heureuse autre part, et pas aux États-Unis. Venez au Canada, au Québec. Ici, rien n’est compliqué, tout est accessible. Et nombreux sont ceux qui vont à Cuba!

  2. Je comprends qu’il vous soit dur de faire semblant de vivre comme les Cubains alors que, grâce aux mensonges que vous proférez sur ce blog (tiens, il n’est pas interdit ?)vous gagnez des centaines de milliers d’Euros… ou de Dollars. La honte ne vous étouffe pas…

  3. cdrhum, si vous pouvez venir ici dire des conneries sans étouffer, je ne vois pas pourquoi les autres étoufferaient-ils…

  4. Le terrible hiver cubain congelant le pis des vaches…ça c’est excellent ! Voilà qui va me mettre de bonne humeur pour le reste de ma journée, bien protégé par le chaud manteau que m’a offert le Secours Populaire…

  5. Oulala! ça craint, l’hiver cubain. Pis des vaches congelés ?! Parce qu’il y a des vaches à Cuba ? Je croyais vraiment que tout ce qui pouvait ressembler à un animal avait été abattu pour nourrir des cubains qui sont dans une famine noire. A côté, Haïti, c’est le paradis ! Eh Yoani, t’as p’t être pas le bout des nichons gelés, toi!? tu pourrais en allaiter des mômes… et puis en te suçant les tétons, ils te les réchaufferaient tes pauv’ nichons, t’aurais plus besoin d’une vieille couverture du Secours catholique pour sortir dans le blizzard ! Bon dieu mais où ça se situe Cuba ? Au Groënland ? Bon, si t’as besoin d’une petite culotte fourrée et d’un soutif en peau de lapin, t’hésites pas ma Yoani, je ne te laisserai pas nue dans ce pays de néanderthalien, au moins tu pourras déambuler dignement en femme Cro-magnon ! Courage Yoani, un peu de patience, tout le monde sur cette planéte pense à toi, on veut pas te voir grelotter, j’te jure on en met un coup pour la réchauffer cette putain de Terre. Y’en a même à Copenhague qui voulait nous en empêcher, tu penses bien qu’on s’est pas laissé faire. Il a suffi qu’on dise que Yoani grelottait et paf, leur plan de merde de refroidissement de la planète a capoté… c’est y pas beau ça ? T’inquiéte ma Yoani, on va te sauver… si t’en as vraiment envie, bien sûr. Attends, j’me r’file un p’tit coup de rhum… pour me réchauffer, c’est que ça caille vachement à Cuba.

  6. Et voilà le revers des blogs, certains se sentent obligés de faire des commentaires de merde. Le but d’un blog comme celui de Yoani est de nous tenir informer sur ce qui se passe dans des pays fermés à l’information comme Cuba, pas de polluer avec des conneries de commentaires. Alors ne perdez même pas votre temps à lire ce blog n’est ce pas Poésia!

  7. Si tu veux pas qu’il y ait de commentaires, pov’tache, il faut retirer cette possibilité. Ce serait tellement mieux un monologue à elle toute seule! ahahahahah ! T’as une sacrée conception de la démocratie toi, mais bon, j’suis pas étonné. Yoani, c’est la vérité angélique sortant nue des eaux sombres de l’océan de mensonges dans lequel 10 millions de cubains sont plongés ! Prosternez-vous devant La Vérité, sinon on vous coupe le sifflet. Ah ! braves faux-nez et… faux-culs de première, qui croyez-vous donc abuser ? Non non, Yoani n’exagère pas, c’est « grâce à son puissant réseau que les Castros ont dû obtempérer et reconnaître la mort de 26 patients » ! Mais dis-donc, avec tes potes de la CIA, c’est quand qu’tu les renverse, les Castros ? Putain, tu y’as mis une belle extrême-droite au Raùl… Ta haine t’aveugle Susana au point même qu’il n’y a pire sourde que celle qui ne veut pas entendre. Vous êtes de la graine de totalitaires, mais ça, il faudrait avoir de l’humour pour le reconnaître !ahahahahaah !

  8. Ne pouvez vous pas trouver d’autres arguments? tous ceux qui osent critiquer le gouvernement Cubains sont à la solde de la CIA!!! C’est un peu réducteur et simpliste comme résonnement non? Pouvez vous aller voir dans le dictionnaire la signification du mot totalitaire? Oui vous avez raison les fréres Castro dirigent une démocratie, tout va bien à Cuba et les autres ceux qui ne pensent pas de la même façon sont des cons à la solde des Americains! Dans quel pays vivez vous? ouvrez les yeux, lisez un peu, informez vous.

  9. Benoît,tu es un peu pauvre intellectuellement! C’est dommage pour Yoani car tu ne sais pas de quoi tu parles! Ton idéologie t’aveugle et les mots te dépassent. Tiens, puique tu connais si bien Cuba… Que s’est-il passé le 6 juillet 1982 ? Et le 23 juin 1989 ? Allez, rame (sur internet)… pour rejoindre ta belle Floride pleine de démocrates. Au fait, par quel moyen Yoani diffuse son blog puisque la censure est si…. féroce ? Ah! Benoît, qu’est-ce que tu ouvres bien les yeux !

  10. Benoît,
    C’est bien d’avoir ce genre de « poesía » ici. Cela montre quel est le genre de personnage qui soutient encore cette dictature décadente, et quels sont leurs « arguments ». Continuez à lâcher des perles ! Merci.

  11. Perdu Poésia je ne suis ni Cubain ni Americain, je suis juste un pauvre petit Européen,pauvre intellectuellement comme tu dis et amoureux de Cuba, de son peuple et de la démocratie.

  12. Trouvé:
    Yoani Sánchez : profession ? « Dissidente »
    Par Salim Lamrani | Paris (France) | 30 novembre 2009 | Voltaire, édition internationale | La bloggeuse cubaine Yoani Sánchez incarne désormais la dissidence politique face au régime castriste. Son site internet en 18 langues a un impact sans commune mesure avec sa fréquentation, et elle a reçu de nombreux prix littéraires ou politiques dans divers pays occidentaux. Pourtant, la chronique qu’elle rédige est pleine de contradictions et sa biographie est confuse, observe Salim Lamrani. Surtout, son site internet dispose de moyens techniques importants et de dérogations administratives aux États-Unis qui laissent apparaître une puissante logistique US derrière ce qui est présenté mensongèrement comme une initiative individuelle et spontanée

  13. « Amnesty International est sans nul doute l’organisation de défense des droits de l’homme la plus sérieuse et la plus prestigieuse au monde. Elle est extrêmement critique à l’égard du gouvernement de La Havane, à tel point que ce dernier a rompu les relations avec l’ONG en 1988. Néanmoins, d’après le rapport d’Amnesty sur les droits de l’homme, Cuba est le pays d’Amérique latine qui les viole le moins. Au niveau européen, 23 des 25 nations qui ont voté les sanctions politiques et diplomatiques contre Cuba en 2003 présentent une situation des droits des l’homme bien plus désastreuse que celle de Cuba. En un mot, La Havane n’a aucune leçon à recevoir de personne. » Salim Lamrani ( auteur de: »Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme »)

  14. Benoît et susana,vous êtes navrants d’inculture et de puérilité mais je vous pardonne, c’est parmi vous que Yoani recrute ses adorateurs. Upega a raison. Posez-vous les bonnes questions ! Et puis vous dites être amoureux de la démocratie, mais quelle démocratie? Démocratie participative, démocratie représentative ? De quel type sont les élections cubaines ? Françaises ? Sont-elles toutes les deux reconnues par l’IPU ? Travaillez un peu avant de répéter les berlusconneries de votre icône. Ah! Susana, la dictature est un absolutisme, une autocratie, le système Cubain est à l’opposé de cette conception, c’est dire votre ignorance ! Je vous laisse vous documenter mais vous connaissez l’adage  » il n’est pas de vertu que la calomnie ne sache atteindre » (Shakespeare), aussi est-il toujours nécessaire de ne laisser jamais répandre les excréments de la sottise.

  15. Pardonez moi mais vous l’avez dit vous même tout le monde peut s’exprimer et avoir son opinion. Pour ma part je ne pose pas le probleme sous cet angle. Le probleme n’est pas Yoani, elle raconte sa vie de tous les jours, son humeur…Le probleme n’est pas non plus de savoir si c’est beaucoup mieux chez moi ou chez vous.Ce que je vois et qui est indiscutable: à Cuba il y a une télé , une presse d’état et aucune autre. D’autres pays fonctionent aussi comme cela, même pire je suis d’accord, mais ça ne suffit pas à excuser celà. Je pense aussi que por avancer il faut arreter de se réfugier derriere l’embargo même si il est réel. Il y a tellement à faire dans ce pays magnifique. Est ce que le fait de lire des blogs de Cubains qui ne pensent pas comme les Castro sont une preuve d’inculture? pardonez moi mais moi je ne me sens pas supérieur à vous. J’ai juste quelques idées humanistes, et je me demande comment on peut vivre avec 16 à 20 dollars par mois même si encore une fois il y a pire ailleurs. Mais est ce qu’il faut tout accepter sous pretexte qu’il y a pire ailleurs?

  16. Mais Cuba est un pays du Tiers-Monde ! C’est un pays pauvre ! C’est justement parce que Fidel Castro et la Révolution cubaine l’ont extirpé des griffes de l’Empire étatsunien que ce pays ne ressemble pas aujourd’hui à Haïti. C’est un pays maintenu artificiellement et sciemment en état de guerre depuis 50 ans par les E-U pour l’épuiser et le détruire. Et il fait bien mieux que résister. Dire que le blocus est accessoire est une preuve de l’ignorance du désastre qu’il cause tous les jours depuis 50 ans(perte d’au moins 265 milliards de dollars de revenus pour les cubains, PIB de Cuba : 40 milliards de dollars !), ignorer les atteintes terroristes permanentes depuis le sol des E-U est une faute car cet étatd e guerre oblige Cuba, un pays libre et indépendant à consacrer une part importante de son budget à sa défense, ignorer parallèlement les avancées extraordinaires au plan de la santé (soins et médicaments gratuits à tous les niveaux), de l’éducation (98,9 % d’alphabétisation, loin devant les E-U), de la protection sociale, des jeunes et des anciens notamment… et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. De plus Cuba subit, plus que d’autres, la crise actuelle de plein fouet… Oui, tout est relatif et dénigrer Cuba alors qu’il est sous l’emprise d’un blocus cruel, inhumain condamné à la quasi unanimité par l’ONU chaque année, est une belle saloperie. Ce n’est que lorsque Cuba sera libéré de cette étreinte ignoble que vous pourrez commencer à le critiquer, le faire aujourd’hui c’est participer à sa destruction. Ah ! Allez voir les désastres de la démocratie à la Française…. dans le bois de Vincennes !

  17. Upega,

    Alors, je suis moi aussi payée par la CIA :-P … C’est pour cela justement, qu’on a décidé tous de signer avec notre nom complet ici, malgré le fait que je risque de ne pouvoir rentrer dans mon propre pays, comme représaille de la dictature. Malgré ça, ils ne peuvent pas s’empêcher de nous sortir le vieux argument usé de la CIA et bla, bla, bla… Toute ressemblance avec l’Iran et la Corée du nord ne sont pas des simples coïncidences…

    Génération Y, c’est Nous.
    Susana Gordillo
    Traductrice et administratrice de GY. Version française

    PS : Je t’invite à manger au Train Bleu avec l’argent que me doit la CIA, tu pourras le présenter en tant que preuve de ce que tu affirmes…

    PS 2 : Si tu as aussi un peu de temps pour nous aider à mettre à jour la présentation du blog, tu pourrais aussi collaborer. Comme tu peux apprécier, et malgré notre « puissante logistique » financée par la CIA, nous avons toujours des problèmes d’affichage.

  18. Pardon mais vous n’avez peut être pas compris mes propos. Je ne mets pas en doute vos propos et ne les ignorent pas. Mais encore une fois est ce suffisant pour dire que Cuba c’est le paradis? Même s’il y a des choses positives, est ce que ça n’autorise pas à critiquer ce qui ne va pas? Est ce qu’il ne faudrait pas par exemple donner un peu plus de pouvoir et de liberté d’action à certains membres du gouvernement Castro?
    Quand au bois de vincennes pardon mais je ne comprend pas, si c’est la prostitution il n’y en a pas que là. Et encore une fois je ne me permet pas de dire que tout est mieux ailleurs.

  19. « L’arrivée de ces vents du nord a non seulement coïncidé avec la disparition du pain, mais aussi avec celle du lait. Comme si l’hiver avait frappé les fours et congelé le pis des vaches. »

    Avec des minimas de 15° et des maximas de 26°, vous m’expliquerez comment on peut obtenir une situation aussi catastrophique…à moins que la « guerre froide » ne continue de souffler ses blizzards sur les Caraïbes…

    Allons, nous ne disons pas que Cuba est le paradis. De la à nous faire gober les délires financièrement intéressés de Sanchez, il faut arrêter de nous prendre pour des cons. Mais il est vrai que l’essentiel est d’enfoncer le clou, plus le mensonge est gros, plus il a de chances de passer.

    J’invite toutes celles et ceux qui le veulent à se rendre, le temps qu’ils veulent et où ils veulent à CUBA pour se rendre compte par eux-mêmes, des « bonnes et des mauvaises choses » et du fait que le Blog de Sanchez n’est qu’une vaste entreprise d’intoxication.

  20. Ah cdrhum, tu est tellement prévisible que m’attendais à cette réponse. Tu n’as même pas lu mon commentaire précédent où je disais que même les médias officiels cubains ont dû relâcher la nouvelle. Mentent-ils aussi, d’après toi ?

  21. Je confirme que même en France j’ai lu dans des journeaux de toutes tendances les déclarations des autorités Cubaine reconnaissant les 26 morts et déclarant « une faille dans le systeme ».

  22. Oui, il y a eu 26 patients décédés dans cet hôpital psychiatrique dus à l’incurie de certains de ses responsables, et c’est plus que navrant. J’ai compris qu’ils seront jugés et sanctionnés sévèrement, ce qui me semble la moindre des choses mais en faire votre cheval de bataille pour affirmer que le système est profondément mauvais et pervers est tout simplement dégueulasse. En France en juillet et août 2003, la canicule a fait 15000 morts, résultat ? Un ministre déplacé ! En France, dans les années 1980, l’affaire du sang contaminé a fait plus de 3000 morts ! Aujourd’ui en France à Vincennes, sous les tentes devenues un bidonville, grelottent de froid des jeunes SDF, il en est mort 4 début janvier sans compter tous ceux qu’on laisse crever partout ailleurs, la liste est douloureusement longue. La paupérisation de la France est en marche depuis longtemps mais tant pis car le système politique est bien plus démocratique qu’à Cuba, n’est-ce pas ? Ce qui est complétement faux. Je comprends fort bien cdrhum tant les mensonges et les calomnies pleuvent quand il s’agit de Cuba et vous en êtes un relais qui n’est pas censuré. Oui, je soutiens Cuba parce qu’un pays libre a le droit de choisir démocratiquement son système politique, et c’est le cas de Cuba, n’en déplaise à ses détracteurs incultes. L’en empêcher est un acte de terrorisme permanent.Et personne n’a dit que Cuba, c’était le paradis, personne ! Mais ce n’est certainement pas l’enfer, loin très loin de là !

  23. J’aimerais bien avoir quelques précisions sur ces 26 morts et l’origine de leur mort.

    Merci

  24. Poésie, les 1500 morts de la canicule en France ne vont pas ressusciter nos 26 morts à nous. Les 3000 du sang contaminé non plus. Ce qui est dégueulasse, c’est de vouloir justifier un crime avec un autre crime. Voilà.

    Cdrhum, just google it…

  25. Susana, je ne vais pas m’égosiller à répondre à vos poussées d’acné. Vous « raisonnez » comme une peau de tambour. Je suis tranquille, vous n’êtes pas à la hauteur du débat. Comparaison n’est pas justification, et je ne justifie rien, vous êtes ridicule. Mais on peut voir la paille dans l’oeil du voisin sans voir la poutre dans le sien. Ce que je fais, c’est vous faire sentir le rail qui se trouve dans le vôtre. Tellement énorme d’ailleurs qu’il vous aveugle et vous rend méchante. Ainsi perdez-vous toute crédibilité ! Je vous laisse avec ceux qui vous ressemblent, acrimonieux, incultes et somme toute pas très malins. Ciao les contre-révolutionnaires de tous poils, continuez comme ça, c’est parfait !

  26. Ce que vous refusez d’admettre et de comprendre, c’est que ce n’est pas parce que nous osons critiquer ce qui se passe à Cuba que nous trouvons tout bien en France. Là aussi nous avons notre droit de critique. La grande différence avec Cuba c’est que nous pouvons nous exprimer ici, sans risquer 15 à 20 ans de prison. Si l’information était libre à Cuba, les quelques affaires qui filtrent ne prendraient pas cette importance. Mais là aussi c’est un autre débat.

  27. Ce matin je relis les commentaires et je suis « émerveillée » par les différences de niveaux des réflexions !
    Haïti, douloureusement dans l’actualité, nous ramène à la comparaison (avant le séisme) entre les deux îles, l’état de leurs population. Où préfèreriez-vous vivre (si vous n’êtes pas un/une privilégié(e))?
    Aucun état n’est parfait: comme les humains que nous sommes.Mais il y a de sacrées différences !
    Malheureusement, les raisonnements (et non les « résonnements »! )les plus simplistes sont ceux qui demandent le moins d’effort et qui font des ravages……….
    Bonne journée à tous , à toutes.

  28. Upega: avant la révolution, Cuba était le pays le plus développé de l’Amérique Latine, qui a été par exemple le premier a avoir la télévision. Je ne dis pas ça pour défendre la dictature de Batista, ni la dépendance aux États Unis, mais c’est quand même la honte que, 50 ans plus tard, on doive nous comparer à Haïti !!!
    Votre ignorance par rapport à Cuba n’a pas de limites, vous ne lisez que des pamphlets communistes et vous avalez tout ce que la propagande officielle du régime vous présente. Et vous parlez de niveau de « raisonnement » ? Allez, continuez à nous faire rire !

  29. Je ne pourrai que conseiller à cdrhum ou Poésia de lire « Cuba Nostra » d’Alain Ammar ou les ouvrages de Jacobo Machover, comme « mémoires d’un naufrage » par exemple, ça permet de se faire une idée, de prendre un peu de recul par rapport à ceux que nous avons admirés et à l’idéal auquel nous avons cru. J’ai fait partie de ceux là, et suite à un séjour à Cuba et aux nombreuses discutions avec les Cubains j’ai éprouvé le besoin de m’informer. Le plus dur est peut être de savoir prendre un peu de recul pour se remettre en cause. Et je n’ai pas l’impression d’être moins intelligent que vous, comme vous dites. Mais peut être que je me trompe, en tout cas je ne me sens pas superieur par ce que je pense différement.

  30. Donc, statistiques météo à l’appui, on prouve que dans l’hiver cubain, le pis des vaches ne gèle pas… Voilà une preuve flagrante des mensonges de Yoani… hum hum…

    Alors si effectivement les commentaires de ce blog sont ouverts à des taupes honteusement financées par la CIA et à des cafards scandaleusement rémunérés par les services castristes, il faudrait que les seconds recrutent mieux.
    Non parce que tant qu’à déléguer le boulot à des lampistes, autant avoir l’air sérieux.
    Yoani fait un trait d’humour à propos du pis des vaches et voilà qu’avec l’application du bon élève intellectuellement incapable d’aller au delà du 1er degré, le lampiste lui prouve qu’à Cuba, en hiver, il ne gèle pas…! Ou comment raisonner par le ras du ras de la tige des pâquerettes cubaines.
    C’est cocasse!
    Ou alors, ils sont recrutés pour faire vrai, les lampistes castristes: Front étroit, vue étroite, idées courtes.. Juste ce qu’il faut pour servir la soupe, mais pas assez pour discerner le fond du bouillon.

    PS: Que celui qui viendra me dire que je raconte n’importe quoi vu qu’il n’y a pas de pâquerettes à Cuba soit remercié pour l’éclat de rire qu’il aura eu la gentillesse de m’offrir.

  31. 8 fevrier 2010.
    Je reviens de cuba,il y a 2 jours.Plus de 2 semaines à parcourir l’ile en individuel.(tourisme)
    On y étouffe,on sent l’enfermement,et le désespoir des gens,rares à oser parler aux étrangers.

    Un pays en ruines.Des dirigeants qui ont peur,d’où la parano et le reserrage de boulons de Raul.
    Car la crise capitaliste enfonce un peu plus le système qui est en faillite.
    Tout ce que j’ai lu sur ce blog(y) est malheureusement exact,y compris sur les chapîtres éducation et santé.
    Qu’il s’agissent de la télé,des journaux,de la propagande sur les routes:du bourrage de crane infantilisant et qui prend vraiment les cubains pour des imbéciles.Tout est utilisé pour jouer sur le rejet des autres,le nationalisme étroit,le camp retranché seul contre le monde entier.

    Une culture de la mort à travers les martyres (les 5) de la révolution,du combat:la guerre permanente et surtout la confiscation du concept de révolution: »la revolucion es Fidel ».

    Et là on voit bien,un pays dirigé par des vieillards qui ne savent que regarder dans le rétro,incapables de changer quoi que ce soit.

    A ceux qui ont pris le risque de nous dire qu’ils n’en peuvent plus d’attendre:…51 ans..qu’ils n’espèrent plus rien,nous avons répondu:esperanza.

    Ils sont dans le mur.La fin est proche,car après la disparition du chef charismatique de 82 ans,tout sera ouvert..
    Et la révolution ,la vraie ,sera de mettre dehors ceux qui considèrent que ce pays leur appartient exclusivement et indéfiniment.

  32. Merci de votre analyse que j’approuve à 100%, ma derniére visite de Cuba remonte à quelques années, et j’avais déjà ressenti la même chose, avec la crise j’imagine le reste. Les défenseurs du régime, les pro-communistes, ceux qui nous ont donnés leur commentaires vont peut-être encore nous mettre en avant l’embargo, éternel pretexte à la situation. Seul petit bémol que j’apporterai à votre analyse: le chef charismatique et son frére s’accroche désespérément au siége et peut-être encore pour un moment.

Les commentaires sont fermés.