Baseball

Comme chaque année, la Série Nationale de Baseball attire l’attention de millions de Cubains. « La pelote », comme on l’appelle familièrement, est depuis des années le sport national et il n’est pas rare qu’elle génère de vives discussions dans les parcs du centre des villes de l’île. Pour ceux d’entre nous qui gardent l’illusion que les gens se préoccupent de sujets plus brûlants, c’est toujours frustrant de constater que tel groupe d’hommes que l’on a vu crier et gesticuler avec passion, ne discutait pas sur la façon d’en finir avec la dualité monétaire, ni n’était en train de faire valoir quelque droit usurpé, mais se battait seulement pour savoir si telle partie avait été correcte ou quel était le meilleur batteur de tous les joueurs.

Mais la première passion des cubains n’est pas exempte de politique, particulièrement quand une figure du baseball décide de ne pas rentrer au pays après un voyage à l’étranger, ou lorsqu’un « pelotero » ne fait pas partie de la sélection lors d’une rencontre internationale, parce qu’il est jugé peu fiable et que l’on craint qu’il ne « déserte ». Lors d’une récente rencontre entre deux équipes en ardente rivalité, un joueur s’est senti offensé parce qu’il a cru que la balle avait été lancée avec l’intention de le frapper, et à la surprise des spectateurs il est sorti en courant en direction du « pitcher » en le menaçant de sa batte. Les joueurs ont quitté le banc, quelques passionnés ont envahi le terrain, la police les a aspergés de gaz lacrymogène et distribué des coups de pied et de bâton. Les caméras qui retransmettaient le match se sont fixées  vers une autre direction et aucun téléspectateur n’a su … sur le moment, ce qui s’était passé.

Mais les nouvelles technologies ont empêché que la censure paisible s’en tire ainsi, car des dizaines de caméras digitales et de téléphones portables ont filmé les détails. La version des faits a été diffusée à des milliers de personnes, gravée sur CD et copiée sur clés USB. ! Que de discussions passionnées nous avons eu alors dans les parcs !

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

About these ads