L’agenda de Dilma

« Je préfère un million de voix critiques

Au silence des dictatures »

Dilma Rousseff

Choisir le bon moment pour une visite présidentielle peut se révéler une tâche particulièrement ingrate dans un monde aussi imprévisible et changeant. Quand la date du voyage d’un chef d’Etat est arrêtée dans son agenda, en accord avec ses hôtes, et officialisée, la vie se charge en général de l’entourer d’imprévus. Les palais gouvernementaux n’arrivent pas à contrôler le hasard, ni non plus à prévoir ces événements  inattendus qui perturbent l’organisation de la visite d’un dignitaire. Dina Rousseff le sait bien. Sa venue à La Havane a été planifiée depuis des semaines et a même été précédée par celle du ministre des Affaires Etrangères Antonio de Aguiar Patriota. Tout paraissait bien ficelé : un emploi du temps rapide, efficace, protocolaire, ciblé sur des thèmes économiques, jusqu’à son départ en avion à destination de Haïti. Mais les choses se sont compliquées.

Quelques jours avant que l’économiste et femme politique brésilienne n’atterrisse à l’aéroport José Marti, un jeune cubain est mort suite à une grève de la faim prolongée. Les media officiels l’ont sans hésiter présenté comme un délinquant ordinaire, bien qu’il ait été arrêté à l’occasion d’une marche de l’opposition dans les rues de Contramaestre. Le discours du pouvoir s’est radicalisé et la fièvre politique a atteint ces sommets auxquels nos gouvernants se sentent tellement à l’aise. Dans ce contexte, la conférence du PCC qui vient de se conclure  s’est  transformée en un acte de réaffirmation plutôt que de changement, en une déclaration  d’unité plutôt que d’ouverture. Beaucoup de ceux qui espéraient l’annonce de transformations politiques de grande ampleur se sont rendu compte que l’événement a plutôt été la dernière occasion perdue pour la génération au pouvoir. Un jour après sa clôture, Raoul Castro, le secrétaire général du seul parti autorisé, a reçu Dilma Rousseff, l’ancienne « guerrillera », qui dirige aujourd’hui un pays avec une coalition de forces politiques et une presse très critique.

L’agenda cubain de Dilma prévoit la visite du chantier de construction du port de Mariel et la possible concession d’un nouveau crédit bancaire. Le Brésil est notre deuxième partenaire commercial en Amérique Latine, mais ce n’est pas seulement une question de moyens. Actuellement il est urgent pour le « raoulisme » d’être légitimé par les autres présidents de la région. C’est pour cela que nous verrons ces jour­s-ci des sourires, des poignées de mains, des compromis « d’amitié éternelle » et des photos, beaucoup de photos. Les activistes civiques pour leur part tenteront une rencontre avec la femme qui fut torturée et emprisonnée sous un gouvernement militaire, même s’il y a peu de chances qu’elle accepte de les recevoir. En revanche Dilma Rousseff conversera avec Raoul Castro, sera à ses côtés, dans cette délicate conjoncture où le hasard l’a placée. Espérons qu’elle ne manquera pas l’occasion et se comportera en cohérence avec l’ardente aspiration démocratique, au lieu d’opter pour le silence complice face à une dictature.

Note : Je ne saurai pas avant vendredi 3 février si les autorités cubaines me permettront finalement de faire le voyage pour la présentation du documentaire « Connexion Cuba-Honduras » a Jequié, province de Bahia. Merci d’avance à tous ceux qui ont œuvré pour que je puisse aller au Brésil. Un remerciement particulier au sénateur Eduardo Suplicy, au réalisateur Dado Galvao, à @xeniantunes et à tant  d’autres citoyens brésiliens.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

 

Conexão Cuba Honduras – trailer

About these ads