Etiquettes et Listes

Listes, files, queues…

Mettre dans des tiroirs, classifier et étiqueter n’est pas seulement la tâche des employés de bureau, voire des bureaucrates. Il existe des gens qui ont un goût prononcé pour coller des étiquettes dans le dos des citoyens. L’art de nous mettre en listes par catégories est une pratique habituelle de ces dernières décennies à Cuba. Un beau jour tu te retrouves dans l’annuaire des « dérangeants » ou sur la liste bien gentille des « collaborateurs ». Les délations peuvent te sortir du rayon des « suiveurs » et te conduire dans le classeur à complication des « ennemis ». Certains sont listés avec le sigle « CR » qui représente le qualificatif le plus usité contre ceux qui pensent différemment : contre-révolutionnaire.

Les archivistes sont désarçonnés quand ils ne savent pas dans quelle catégorie ranger un individu. Ça les dérange que leurs vieilles catégories ne fonctionnent pas pour classer les phénomènes récemment apparus. Ces « étiqueteurs de l’opinion » feraient bien d’introduire de nouveaux adjectifs à leur répertoire dépassé, car presque plus personne ne sourcille quand on le traite « d’employé de l’Empire ». Les rayonnages rigides dans lesquels les cubains ont été classés au fil du temps sont mangés par les termites. Mais malheureusement, nous-mêmes continuons à utiliser les épithètes que « eux » ont inventés pour nous.

J’ai refusé d’être classée dans une quelconque de ces listes, et pourtant je figure dans tellement d’entre-elles ! Je préfèrerais cependant être dans la file indienne de ceux qui veulent en finir avec ces catalogues ridicules de citoyens. J’ai confiance qu’un jour la seule catégorie qui sera utilisée pour nous classer tous portera le nom des habitants de cette île.

Ça, c’est moi. Et toi, dans quelle liste es-tu ?

Traduit par Jean-Claude MAROUBY.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Etiquettes et Listes »

Les commentaires sont fermés.