Un monde possible, c’est meilleur

Devant les promesses de futur qui ne se concrétisent jamais, je penche plutôt pour un avenir qui commencerait aujourd’hui même. Je préfère les rêves qui se matérialiseraient au cours de cette journée. J’ai déjà eu mes yeux braqués sur le lendemain, j’ai déjà respiré des bouchées d’avenir et j’ai déjà cru au mirage de ce qui arriverait. À l’heure actuelle, je préfère parier sur ce qui est viable.

Je me suis levée ce jour en changeant l’un de ces slogans chimériques, si souvent entendus à la télé, pour qu’il devienne plus réaliste. Je me suis dit : ‘Un monde possible, c’est meilleur’, et je commence déjà à sentir que nous allons y arriver. Que la planète, mon île et ma ville trouverons des solutions réalisables. Pas une autre rafale d’utopies.

Traduit par Susana Gordillo et Pierre Haberer.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un monde possible, c’est meilleur »

  1. J’ai déja visité Cuba et j’ai adorer.Les Cubains sont un peuple parmi les plus accueuillants que j’ai rencontrer.Du plus profond de mon coeur je vous souhaite de connaitre un jour la vraie liberté.
    Un Québécois qui vous respecte…

Les commentaires sont fermés.