La déchiqueteuse

maquina_de_moler_derechos.jpg

Quand vous lirez ce post, je serai assise dans la salle d’attente du Bureau de l’émigration et de l’immigration de la municipalité de Plaza. Entouré d’uniformes militaires, mon passeport attend un permis de voyager qui m’a déjà été refusé en deux occasions. Au cours de cette dernière année, les soldats obéissants et dévoués à limiter notre liberté de mouvements ne m’ont pas autorisée à répondre à des invitations internationales. Dans leurs bases de données, il doit y avoir une marque à côté de mon nom qui me voue au confinement insulaire. La logique possessive de cet État-papa considère normal de me punir d’écrire un blog et de me priver de la « carte blanche », comme pour me tirer les oreilles de m’être imaginée comme une personne libre.

En ce vendredi de bureaucratie et d’attente, je n’imagine pas une main qui se poserait sur mon épaule et me dirait « On s’est trompé sur toi, tu peux sortir ». Je ne crois pas qu’ils souhaitent corriger l’« erreur ». Je n’alimente pas le moindre espoir de monter dans l’avion le 29 mars. J’attendrai dans la salle pleine à craquer dans la villa du croisement des rues 17 et K avec seulement deux raisons à l’esprit : réclamer mes droits et les importuner avec mon entêtement. Leur montrer le document tamponné d’un visa me donnant l’entrée à d’autres endroits dans ce monde, tandis qu’« ils » freinent mon déplacement. Je serai là, sûre qu’un jour toute cette machinerie créée pour soutirer des gains et pour générer des fidélités idéologiques – ce qu’est devenu le permis de sortie – s’arrêtera pour de bon.

Je vous avoue que je ne veux pas qu’on me permette de voyager comme une faveur. Je fantasme plutôt sur quelqu’un qui annoncerait que cette régulation violatrice vient d’être abrogée alors que j’attends le troisième « no ». J’ai le pressentiment que je ne sortirai de Cuba que le jour où tout le monde pourra le faire librement. D’ici là, je continuerai à les assiéger de mes exigences, de mes posts et de mes questions.

Voici un lien vers les questionnaires que j’ai dû remplir lors de la demande du permis de sortie :
Feuille 1 et Fueille 2

Ajout de vendredi 20 à 14h 15.
Résultat de la démarche : encore une fois, la réponse est No.

Traduit par Susana Gordillo et Pierre Haberer.

Publicités