La presse silencieuse

angel.gif

 
Entourés de commémorations et d’anniversaires à célébrer, nous n’avons pas prêté beaucoup d’attention à la « journée de la presse cubaine » du 14 mars dernier. Les journaux ont sorti de longs reportages sur le travail désintéressé des journalistes et leur fidélité à la Révolution. Quelques reporters ont reçu des diplômes en reconnaissance de leur travail d’exception et leur positionnement idéologique irréprochable, tandis que le quotidien Granma consacrait un large espace à son auto-célébration.

Or, c’est durant ces journées de célébration que le président nord américain Barack Obama a adouci les restrictions de voyage à Cuba des « Americano-cubains ». Les restrictions abolies empêchaient ces émigrés de rendre visite à leurs familles plus d’une fois tous les trois ans. Elles leur imposaient également une limite stricte à l’envoi de mandats aux parents restés à Cuba. Pour la précaire économie de l’Ile, l’argent envoyé des Etats Unis est un oxygène indispensable à la survie. Dans un pays dont tant de citoyens vivent sur l’autre rive, la nouvelle de cette flexibilité accrue devrait figurer en première page de tous les journaux. C’est ce que l’on présenterait normalement dans les écoles de journalisme comme l’exemple du titre obligatoire sur toute une semaine.

Pourtant la presse cubaine a fait à peine mention de cette avancée positive du locataire de la Maison Blanche. Le silence officiel a été l’unique réponse qu’a reçue cette mesure tant espérée et applaudie. Bien que tout le monde dans la rue ne parle que de ça et que les mères se préparent à accueillir les enfants vivant au Nord, les médias officiels prennent la nouvelle avec prudence. Les journalistes ont été mobilisés sur d’autres sujets : la récolte de pommes de terre, le mondial de baseball, la révolution bolivarienne, et bien sûr, les festivités de la journée de la presse cubaine.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La presse silencieuse »

  1. Au moins grâce à cet article on sera un peu plus nombreux à partager cette nouvelle et à la faire circuler. Merci pour la traduction.

Les commentaires sont fermés.