Claudia et le thème récurrent du courage

claudia_lia_yo1
La blogueuse de Octavo Cerco a aujourd’hui 26 ans.
La deuxième fois que j’ai rencontré Claudia Cadello nous portions –chacune par un coin- un morceau de drap avec le nom de Gorki. C’était lors d’un concert, à la Tribune Anti-impérialiste, lorsque nous avons chanté pour la libération du chanteur de l’orchestre Porno para Ricardo. Nos cris ont été entendus brièvement et occultés à cause des coups que nous avons reçus et des haut-parleurs qui diffusaient la voix imperturbable de Pablo Milanés. Cette fille qui était à mes côtés devait ouvrir –peu de temps après- un blog honnête et sans retenue qui a aujourd’hui beaucoup de lecteurs à l’intérieur et à l’extérieur de Cuba.
Ce qui me plait le plus chez Claudia, c’est qu’elle reconnaît avoir peur ; elle avoue qu’elle sursaute lorsqu’elle entend des bruits et qu’elle a peur de la Sécurité d’Etat au bras long. Qui n’aurait pas peur ? Dans un pays où nombreux sont ceux qui se présentent comme des héros, déclarer d’avance avoir peur est quelque chose de trop sincère pour être accepté. On vit avec l’idée erronée que c’est le courage qui apporte les épaulettes, les années de prison, les cicatrices, et non le visage indolent d’une femme tranquille qui n’a pas de rancœur mais des questions. Cette blogueuse fragile avec sa peur dément chaque jour ces stéréotypes.
Aujourd’hui nous allons fêter l’anniversaire de Claudia à la maison. Avec itinerario blogger, des débats, un documentaire et aussi un petit peu de rhum. Je lèverai mon verre à cette fille qui affiche ses opinions, et dit ces vérités que beaucoup d’hommes mûrs, virils et costauds osent seulement susurrer à l’oreille de leur femme.
Traduit par Jean-Claude MAROUBY

Publicités

Une réflexion au sujet de « Claudia et le thème récurrent du courage »

  1. Moi aussi je léverai mon verre de rhum à la santé des Cubaines et des Cubains qui vivent avec cet immense espoir que les choses bougent enfin aprés 50 ans. Que de souvenirs sur ces soirées passés autour d’un verre de rhum à discuter avec vous en parcourant ce pays. C’est justement grace à ces soirées que je suis tombé amoureux de votre pays.

Les commentaires sont fermés.