Mon petit morceau

Cinq décennies de « Nous », à nous endoctriner dans le comportement de l’abri collectif ou de l’escouade et pourtant ce matin, dans le parc, un jeune homme affirmait : « Ce que je veux c’est avoir mon petit morceau ». Il le disait comme s’il confessait le péché d’avoir convoité quelque chose d’inatteignable, la satisfaction d’un désir mauvais pour lequel il pourrait s’exposer à la raillerie publique. Pendant qu’il parlait de ses « ambitions », il gesticulait et ses mains attiraient vers son corps des rêves invisibles qu’il nommait également : « un toit », « un salaire décent », « une autorisation de voyager ».

La collectivisation n’a pas effacé en nous le désir humain d’avoir un morceau à soi et l’égalitarisme forcé a seulement renforcé en nous le besoin de se différencier.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mon petit morceau »

  1. Bonsoir, je viens de recevoir votre livre, publié aux éditions Michel Brulé, par mon mari pour nos 16 ans de vie commune. Je suis, comme vous, une femme de la génération Y. J’ai 33 ans et je suis mère de 2 garçons de 13 et 9 ans. Votre histoire, votre vie et vos témoignages me touchent et me boulversent. Je suis renversée par votre écriture, même traduite elle demeure époustouflante. Je viens de découvrir votre site et je suis certaine que de devriendrai accro. La femme et la citoyenne que je suis, accueille votre réalité. Je ne prétends pas comprendre votre vie, mais tout mon être veut partager vos frustrations. à bientôt et merci.
    Claudine St-Pierre, Montréal Québec Canada

  2. J’espère qu’il y aura beaucoup d’autres comme Claudine St-Pierre qui partageront son avis. Les écrits de Yoani, reflètent très bien le quotidien d’un peuple qui ne veut autre chose qui vivre en liberté pleine et entière.

Les commentaires sont fermés.