Les souhaits, les rêves

 

Le 24 décembre en me levant j’ai pianoté sur mon téléphone portable quelques souhaits et rapides prédictions sur ce que 2011 pourrait apporter aux habitants de cette île. Après avoir lancé quelques messages en 140 caractères sur Twitter, m’est venue l’idée de demander à mes amis et connaissances de m’envoyer leurs propres espoirs, charge à moi de les mettre sur le cyberspace. En quelques heures à peine, la boite de mon Motorola débordait de tant de pronostics et d’attentes que génèrent chez nous les douze prochains mois. Curieusement un mot revenait dans la majorité des messages ; l’introuvable « liberté » accaparait de ses sept lettres une bonne partie des SMS qui me sont parvenus la veillée de Noël.

C’est pourquoi je voudrais en ces derniers jours de 2010 faire figurer sur « Generacion Y » ma conception personnelle de la liberté. Ces images filmées par deux cinéastes allemands résument ma relation avec ce concept absent de notre vie mais pas de nos aspirations.

*la vidéo est un extrait du film « Je suis libre », encore en cours de montage, réalisé par Andrea Roggon, en Allemagne.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

Traduction du texte de la vidéo :

Pour moi la liberté, même si je ne la connais pas globalement, signifie le but, l’objectif vers lequel tendre et je crois fondamentalement que la liberté est la possibilité de s’arrêter au coin d’une rue et de crier « il n’y a pas de liberté ici ! ». Je crois que c’est un espace où vous pouvez obtenir de plus en plus de liberté.

Oui la liberté commence à l’intérieur de soi-même. Le jour où tu te lève et dis : je ne vais pas en supporter davantage, je ne vais plus accepter de porter le masque, je ne vais pas continuer à me laisser voler des parcelles de mon opinion, des parcelles de ma liberté de mouvement… Oui dans mon cas tout a commencé lorsque j’ai initié cette aventure de Généracion Y, mon blog sur internet, qui est un long processus de libération intérieure. C’est comme une thérapie utile surtout pour secouer des années et des années d’apathie, des années et des années de silence.

Une réflexion au sujet de « Les souhaits, les rêves »

  1. Bonjour Yoani,
    je découvre ton blog et je vais passer la soirée à te lire avec beaucoup de plaisir, de curiosité, d’intérêt et de tendresse.
    Je suis Française, vivant tout près de Paris et quand je parle de liberté,( ce que nous avons ici dans mon pays, même si tout n’est pas parfait et si j’aspire à d’autres forces politiques pour le peuple de France ) alors je dis « la liberté c’est d’avoir le choix ».
    Je t’embrasse affectueusement Yoani, à très bientôt
    Sylvie

Les commentaires sont fermés.