Répétiteurs

Juin est le mois où les élèves en fin de cycle se jettent sur les livres, les étudiants appliqués révisent leurs cours et les parents mettent leur bourse en péril pour payer les professeurs particuliers. Pendant des années l’existence de ces maîtres informels a été sous estimée au moment de faire l’évaluation de l’éducation à Cuba, mais ceux qui ont un enfant dans l’enseignement secondaire savent son importance. Aujourd’hui si un adolescent ne reçoit pas l’attention extra scolaire d’un répétiteur il a peu de chances –voire aucune- d’accéder à l’université. L’enseignement –paradoxalement- s’est privatisé, mais sans que cela soit reconnu publiquement.

La demande est si forte que pendant ces dernières semaines de cours les maisons de ces professeurs freelance sont prises d’assaut. Le coût d’une heure de répétition oscille entre 20 et 25 pesos cubains, le dixième d’un salaire moyen mensuel. Suivre ces cours permet de compenser le très bas niveau des enseignants du collège et du lycée, particulièrement dans des matières comme les mathématiques, la physique, la chimie et la grammaire. Mais il faut également dire que beaucoup de collégiens veulent rattraper dans la dernière minute le contenu de dix mois de cours auxquels ils n’ont pas prêté attention. La paupérisation matérielle et conceptuelle, l’excès d’endoctrinement idéologique et le peu de sérieux dans le respect des horaires scolaires se paient au moment des examens finals, et des milliers de parents sont prêts a payer plutôt que d’accepter un échec.

La réalité se moque ainsi des slogans. Ceux qui ont les moyens peuvent procurer à leurs rejetons un maître additionnel ; ceux qui ne les ont pas devront se contenter d’accrocher au mur un diplôme de fin de premier cycle. Ces jours-ci dans le séjour de n’importe quel appartement on voit des mains qui écrivent précipitamment, prennent des notes comme jamais, gardent le silence et manifestent un intérêt surprenant. Il s’agit des étudiants face à un professeur particulier, cet appui d’un enseignant supplémentaire sans lequel ils ne pourraient pas aller très loin. Ils savent que chacun de ces cours représente un sacrifice pour toute la famille, aussi absorbent-ils les mots, les chiffres et les théorèmes. Ils auront sans doute une longueur d’avance vers la ligne d’arrivée, avec un avantage sur ceux qui n’auront jamais eu de répétiteur.

Traduit par Jean-Claude MAROUBY