Fière Promenade

La Promenade du Prado s’étend aujourd’hui entre le centre historique bondé de touristes et cette autre partie de la ville surpeuplée et désordonnée qu’est Centro Habana. Les sculptures de lions placées à chaque coin affichent la même noblesse qu’autrefois, ce vieux rêve de grandeur que caressait la nation au début du XXème siècle. Bien que ce grand parc ait été par moments copieusement oublié -peut-être parce qu’il avait été pensé et construit pendant la république-, il y a quelques années, le Prado a connu un processus de restauration qui lui a permis d’étoffer ses plantations et de récupérer certains lampadaires. Mais même dans les moments d’abandon, ses félins de bronze n’ont jamais cessé d’être une référence incontournable pour ceux qui venaient de province et voulaient rapporter une photo de leur séjour à la capitale. Peut-être est-ce pour toute cette histoire de faste et d’omission que ce lieu a été choisi pour la célébration du jour des fiertés homosexuelles à Cuba. Une communauté reléguée dans l’oubli, coincée durant des décennies entre le machisme de notre culture et les politiques répressives du gouvernement, veut descendre dans la rue ce 28 juin à 15h. Un appel a été lancé par un groupe alternatif qui se consacre aux droits des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels.

Il faut reconnaître que ces dernières années à Cuba, le respect de la différence d’orientation sexuelle a progressé, mais de là à permettre que la communauté LGBT se regroupe de façon spontanée et envahisse les rues pour célébrer sa diversité, il y a un sacré fossé. Jusqu’à maintenant, les campagnes pour accepter la pluralité des choix amoureux émanaient des institutions officielles, ne laissant pas les propres intéressés se représenter eux-mêmes. Tout cela entre bien évidemment dans le cadre de l’impossibilité généralisée à s’associer en toute liberté que subit notre société dans son ensemble.

Dans un élan festif et joyeux, les instigateurs de la célébration diffusent l’invitation depuis des semaines. Le fait d’avoir choisi la Promenade du Prado comme lieu pour cette rencontre joue en leur faveur et les protège, en effet, les touristes caméras au poing, les enfants curieux qui papillonnent de tous côtés et les petits couples imprudents qui s’enlacent assis sur les bancs seront les témoins de ce défilé de la diversité. Et les lions -ah, les lions!- connaîtront à nouveau leur instant de gloire, entre les drapeaux colorés, les serpentins et les poignées de main. Les griffes et les crinières fondues en utilisant le bronze d’une guerre passée paraîtront moins agressives. Une dose de testostérone en moins, une pincée de vie en plus.

Traduction M. Kabous