Evasion dans le cyberspace

Ils se retrouvent chaque samedi soir pour une fête sans alcool, sans filles, sans musique. Toute la soirée ils la passent devant un clavier face à l’écran avec les ordinateurs connectés en réseau pour jouer. C’est la nouvelle mode des adolescents cubains, particulièrement les enfants de la classe moyenne émergente qui ne se reconnaît pas elle-même comme telle. Les « pyjama-parties » avec pop-corn et tentes installées à l’intérieur ont cédé le pas à ces rencontres où se mêlent la technologie et les rires, le ludique et l’évasion. Les jeunes eux-mêmes qualifient ces marathons technologiques de « turbo » et de nombreuses salles sont louées pour passer la nuit la main sur la souris. Les jeux les plus demandés sont ceux de stratégie, et les cosmogonies parallèles qui aident à s’évader de la réalité nationale.
Ceux qui n’ont pas leur propre PC ou un portable à apporter à la « fête » peuvent aller dans les laboratoires d’informatique de certaines écoles où, le week-end, les professeurs organisent sans autorisation des « turbos géants ». Starcraft, DotA, Counter Strike, Call of Duty arrivent largement en tête dans les préférences des adolescents et un marché parallèle de copies pirates garantit les dernières actualisations et tous les compléments nécessaires. Le défi majeur est de se maintenir à jour dans un pays qui reste parmi les moins connectés à Internet de la planète. C’est pour cette raison que les DVDs de ces jeux sont dans la liste des commandes et des souhaits que l’on transmet à l’oncle qui va voyager ou à l’ami qui rentre de l’étranger. Les sites numériques d’achat et vente –du type de Revolico- offrent une large gamme permettant de se distraire ne marge des complications du quotidien.
Quelques conversations de la rue révèlent l’importance de ce divertissement. « Tu devrais faire l’impasse sur ce niveau, le suivant est mieux », « Ne le tue pas la première fois, s’ils ne t’enlèvent pas aussi ta force », « construis la ville sur ce terrain qui est moins infesté de démons ». Les divertissements du Moyen Age jusqu’aux fantaisies futuristes les plus osées, appartiennent aujourd’hui à l’imaginaire des jeunes et constituent une partie importante de leur vie. Ils ont rempli avec eux la place qu’occupaient pour nous les discours et les slogans. Ils n’applaudissent pas, ils cliquent, ils ne croient pas mais ils jouent. Et on ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer, s’il faut saluer l’évasion comme une arme contre le fondamentalisme, ou se lamenter parce que l’évasion nous prive de cette rébellion adolescente dont nous avons tant besoin.
Traduit par Jean-Claude Marouby