En cette année 2013 : des raisons de rester

cielo_cubano

Il faut que quelqu’un soit au au pied de la passerelle de l’avion, pour dire adieu, tenir le mouchoir et l’agiter d’un côté à l’autre. Il faut quelqu’un pour recevoir les lettres, les cartes postales aux couleurs vives, les appels téléphoniques longue distance. Quelqu’un pour s’occuper de la maison, autrefois pleine d’enfants et de parents, pour arroser les plantes qu’ils ont laissées et nourrir le vieux chien qui leur fut si fidèle. Quelqu’un pour garder les souvenirs de famille, le dressoir en acajou de la grand-mère, le grand miroir dont le tain se décolle dans les coins. Quelqu’un pour préserver les plaisanteries qui ne font plus rire, les négatifs des photos qui n’ont jamais été tirées. Il faut que quelqu’un reste pour rester.

Cette année 2013 que tant de gens attendent en raison de la mise en place de la Réforme migratoire, peut devenir une année où nous dirons souvent « adieu ! ». Bien que je respecte la décision de chacun de se fixer ici ou là, je m’attriste de l’hémorragie permanente de gens créatifs et talentueux dont souffre mon pays. Il est effrayant de connaître la quantité de Cubains qui ne veulent plus vivre ici, élever leurs enfants dans cette île, ni réaliser leurs projets professionnels sur le territoire national. Une tendance qui ces derniers mois m’a fait perdre des collègues et amis partis en exil, des voisins qui ont vendu leur maison pour s’acheter un billet d’avion pour une quelconque destination ; des connaissances que j’ai cessé de voir et dont j’ai appris quelques semaines plus tard qu’elles vivaient en Argentine ou à Singapour. Des gens qui se sont fatigués d’attendre, de repousser leurs rêves.

Mais il faut que quelqu’un reste pour fermer la porte, éteindre la lumière et la rallumer. Beaucoup doivent rester parce que ce pays doit renaître avec des idées neuves, avec des gens jeunes et des propositions pour le futur. C’est au moins l’illusion qui doit rester ; la capacité de régénération doit demeurer ici, l’enthousiasme doit s’accrocher à cette terre. En cette année 2013, parmi tous ceux qui resteront doit obligatoirement figurer l’espoir.

Traduit par Jean-Claude Marouby