Opération Vérité

http://www.youtube.com/watch?list=UUHm8ZBYYfcdn74Ni3uQj6KA&feature=player_embedded&v=bYbgwMwJa-0

Il y a quelques années, j’ai eu envie d’adresser certaines questions à Eliécer Ávila. Depuis que je l’ai entendu parler pour la première fois et se présenter en ce mois de janvier 2008, j’avais été tentée d’aller plus loin pour comprendre ce que signifiait être membre de l’Opération Vérité et le rôle joué par un soldat du Web. Mais le temps a passé, les événements se sont accumulés, les difficultés se sont enchaînées et c’est seulement en août dernier que nous avons pu avoir une discussion à ce sujet. Ce qu’il m’a raconté dépassait toutes mes attentes et il a confirmé mes craintes que la bataille idéologique ne se soit en partie déplacée dans le cyberespace. Toutes ces théories de trolls formés dans les laboratoires de la Sécurité Nationale, de ces hackers vêtus de vert olive et de ces blogs créés dans l’unique but de détourner l’attention, ont donc été corroborées par cette interview.

Collés à leur clavier et à leur écran, munis d’un scénario préétabli, nos policiers des kilobits laissent des traces faciles à détecter. Leur stratégie principale n’est pas de réfuter des arguments ou d’opposer des idées, mais de dénigrer et d’essayer de nuire à la réputation du citoyen qui émet une critique contre le système. La théorie de ceux qui se focalisent non pas sur ce qui est dit mais sur celui qui le dit est simple : « tuer le messager ». Chaque mot que m’a confié Eliécer coïncide de façon significative avec ce que je pense depuis six ans, depuis que j’ai ouvert le blog Génération Y. J’ai parfois pensé que tout cela n’était que délire paranoïaque de ma part -je l’avoue- mais maintenant je n’ai plus de doute : les autorités cubaines passent chaque année des milliers d’heures sur Internet et dépensent des sommes inimaginables pour contrecarrer quelques citoyens pacifiques, alors que nous ne faisons que donner notre opinion.

J’imagine que ces lignes seront probablement lues par les nouvelles milices de l’Opération Vérité, alors je souhaite en profiter pour leur envoyer le message suivant : « je sais que vous êtes là, mieux que ça, vous ne pouvez plus dissimuler votre présence. Le travail que vous réalisez est également un travail de répression, une manière de restreindre la liberté des Cubains. Au lieu de réduire les autres au silence, vous devriez défendre vos idées avec courage et non pas cachés derrière des pseudonymes en profitant de votre supériorité technologique. Si vous croyez vraiment en ce que vous véhiculez vous ne devriez pas avoir à en appeler à de si mauvaises méthodes pour le faire valoir. Faire peur n’est rien, encore faut-il convaincre! N’essayez pas d’effacer les différences, apprenez -plutôt- à vivre avec elles ».

PS : Veuillez m’excuser pour les problèmes de son de cette interview, ils sont dus en grande partie à la précarité technologique dont nous souffrons. Ainsi, je vous remercie par avance pour toute aide qui pourra nous être apportée pour « nettoyer » cette bande-son ou la sous-titrer.

Traduction M. Kabous