Alchimie et mensonges

https://i1.wp.com/lageneraciony.com/wp-content/uploads/2014/01/El_alquimista1.jpg

Nous vivons dans une société d’alchimistes. Ils ne changent pas le fer en or mais ils sont habiles pour remplacer les ingrédients et dénaturer presque tout. Leur but est d’arnaquer n’importe quel client ou de voler l’Etat lui-même. Pour y arriver ils vont jusqu’à déplier le tableau de Mendeleïev à la recherche d’éléments qui puissent être remplacés par d’autres meilleur marché.

Certaines de leurs ingénieuses formules mériteraient un Anti Nobel de chimie, particulièrement en raison des effets négatifs sur la santé qu’elles peuvent causer. C’est le cas d’une recette répandue de la sauce tomate qui contient de la betterave et de la patate douce bouillies, des épices, de la maïzena et un colorant pelliculaire rouge. Lorsqu’un observateur curieux demande : « Et la tomate ? », les inventeurs répondent sur un ton de reproche « non, il n’y a pas de tomate! »

De même, les rues sont jonchées de tubes de colle qui lorsqu’on les presse contiennent seulement de l’air. Des flacons de shampoing mélangés avec du détergent pour le linge. Des savons contenant des copeaux de plastique ajoutés pendant la fabrication par les employés qui revendent la matière première. Des bouteilles de rhum sorties des productions clandestines à bas d’alcool des hôpitaux et du sucre caramélisé pour lui donner une apparence de rhum vieux. Des bouteilles d’eau minérales remplies au robinet et mises en vente sur les étals des marchés.

Et que dire des imitations du tabac Cohiba et d’autres marques, vendues aux naïfs touristes comme si elles étaient authentiques. Rien n’est ce qui parait. Une bonne partie de la population accepte ces tromperies et ressent une certaine solidarité avec le tricheur. « Les gens doivent vivre de quelque chose », c’est ainsi que même les plus trompés justifient l’escroquerie.

Dans la longue liste des malversations le pain rationné occupe la première place. C’est le produit le plus falsifié du panier de la ménagère, dont la formule s’est le plus transformée depuis des décennies à cause de la standardisation et du détournement de ressources.

Dans les boulangeries les « alchimistes » atteignent des niveaux de véritable génie. Ils agrègent des quantités énormes de levure pour que la pâte gonfle démesurément et que l’on obtienne ce « pain aéré »qui nous laisse les gencives endolories et l’estomac non rassasié. Sans parler du remplacement de la farine à four par une autre utilisée dans la fabrication des pâtes et du vermicelle. Avec ces méthodes on a dans la bouche quelque chose de dur, de sec et sans aucun arôme. Mieux vaut ne pas le regarder avant de le manger parce que l’apparence est encore pire que le goût.

Si Paracelse ressuscitait il devrait venir sur cette île. Il aurait tant de choses à y apprendre !

Traduction Jean-Claude Marouby