Les 10 applications d’Android les plus populaires à Cuba

https://i2.wp.com/lageneraciony.com/wp-content/uploads/2014/01/android.jpg

C’est un robot vert avec des antennes de tous les côtés. On le voit sur les annonces des réparateurs de téléphones portables, sur certains T-shirts attrayants ; et il nous regarde même sur les pare-brise de certaines voitures.

Non seulement l’icône d’Android est présent dans beaucoup d’endroits à Cuba, mais le système d’exploitation de Google a lui-même gagné en popularité l’année dernière. La créature basée dans Linux réside dans la plupart des téléphones intelligents entrés dans le pays légalement ou illégalement.

Si nous jetons un œil sur ce que contiennent ces smartphones, nous remarquerons la prévalence d’applications offline. Les usagers locaux préfèrent celles qui fonctionnent sans accès à internet, pour pallier les limitations imposées par la vie dans « l’île des déconnectés ».

Il y a une grande demande pour les cartes de tout le pays, les encyclopédies illustrées, les traducteurs dans diverses langues, les jeux de rôle et les outils du quotidien.

Après avoir enquêté parmi les divers usagers et les boutiques de téléphones on peut dresser une liste des dix applications les plus populaires d’Android à Cuba :

  • WikiDroyd: Une version de la célèbre encyclopédie interactive Wikipedia, qui inclut non seulement le texte des fiches, mais aussi leurs illustrations. Elle fonctionne sans connexion à internet, mais il faut charger la base de données sur le téléphone. Il suffit d’en faire la demande au technicien pour avoir la version la plus à jour en Espagnol avec presque deux gigabits de volume.
  • EtecsaDroyd : Copie piratée de l’annuaire téléphonique de l’entreprise ETECSA. Elle comprend le nom complet, le numéro de la carte d’identité et même l’adresse personnelle de chaque abonné. Bien que cette information doive normalement être bien protégée et non d’utilisation publique, elle est filtrée chaque année et finit sur les ordinateurs et les téléphones portables de milliers de gens. Un nouvel exemple de ces choses interdites et que tant de cubains font.
  • WiFi Hacker: Outil servant à « hacker »les réseaux WiFi et accéder gratuitement au web. Cela peut sembler un peu inutile dans un pays où il y a peu de connexions à internet sans fil…mais on ne sait jamais.
  • Revolico : une version non autorisée du fameux site d’annonces Revolico.com. Dotée d’une interface sensible, cette application permet de décharger les annonces d’achat vente dans différents domaines. Son utilisation s’est développée rapidement, étant donné la croissance rapide du marché illégal ou alternatif, au détriment des marchés d’Etat très chers et peu achalandés.
  • Go SMS Pro: Magnifique outil de messagerie, pour gérer SMS et MMS. Bien supérieur à l’application native de même finalité sur Android. Fond clair, multiplicité des thèmes pour changer la charte graphique, correcteur d’orthographe et même une configuration agréable de pop-ups annonçant l’arrivée de nouveaux messages.
  • Gestor de ficheros ASTRO: Permet d’administrer les archives contenues dans le portable ou la tablette. Pour ceux qui aiment fouiller dans les dossiers et les répertoires, cette application les aidera. Effacer, copier, renommer et retrouver certains fichiers peut se faire en quelques clics.
  • Photo Studio: Découper une photo, lui appliquer un bon filtre de couleurs ou simplement la retoucher, n’avait jamais été aussi facile. Vous pouvez sélectionner une image en haute définition et la réduire à la taille qui permet de l’envoyer par MMS (Multimedia Messaging System), ce qui n’est possible à Cuba  que jusqu’à 300 kilobits par envoi.
  • OfficeSuite Pro: Pour ceux qui emportent leur bureau partout avec eux, voilà un merveilleux outil pour écrire, noter et saisir les idées qui nous arrivent dans les endroits les plus incroyables. Il permet aussi de créer et lire des archives d’Excel, Power Point et Adobe Reader.
  • Linterna: Dans les salles de cinéma obscures où manquent les ouvreuses, ou dans ces escaliers sans une seule ampoule, une chose aussi simple qu’une lanterne nous évitera de trébucher. Avec de telles fonctionnalités on comprend qu’un téléphone puisse aussi se comporter de façon simple mais indispensable.
  • OsmAnd: Fait partie d’une série d’applications très appréciées pour offrir des cartes offline. Parmi celles-ci on trouve  aussi OruxMaps, City Maps 2GO, MapDroyd, Soviet Military Pro. Bien que le GPS ne soit pas disponible, la géo-localisation fonctionne assez bien grâce à la triangulation des antennes de téléphone portable. Il y a également des plans de rues très détaillés des principales villes cubaines, mais dans les zones rurales, la description des chemins n’est pas aussi précise. Dans un pays où les routes et les rues sont affreusement mal signalées… cet outil est presque un miracle.

Traduction Jean-Claude Marouby

pantalla_android